Médecine Ostéopathique ; un vieux syndicat pour une toute jeune profession.

Certes avec une adresse wanadoo, j’appartiens à l’ancienne génération…

 

A ce titre, je pourrais raconter les combats d’hier

–  pour aboutir en 2002 à la reconnaissance d’une profession Ostéopathe de première intention,

–  pour lutter contre les restrictions des décrets de 2007, et réintégrer l’enseignement du crânien et du viscéral

–  enfin dans les négociations sur le référentiel de formation, le sauvetage in extremis par Jean Fancello du concept d’une ostéopathie indivisible face au partage du titre.

 

Le SNOF, ancien nom de Médecine Ostéopathique, a dérangé :

– Il a dérangé l’administration fiscale en s’opposant à la TVA sur les actes d’ostéopathie, sanctuarisant par là même l’ostéopathie dans le champ de la santé.

– Il a dérangé les écoles en refusant de cautionner des intérêts fussent-ils légitimes.

– Il a dérangé le ministère de la santé en luttant contre la pléthore d’agrément nuisible aux formations dignes de la profession et en militant pour une durée de formation.

– il a dérangé l’ordre des médecins en pointant du doigt les sanctions non prévues par les décrets concernant l’article 3.

– Il a dérangé les parlementaires en s’opposant à l’abrogation de l’article 75 de la loi de 2002

– Il a dérangé l’ordre des kinésithérapeutes en dénonçant l’amalgame entre formation pratique en kinésithérapie et pratique ostéopathique spécifique.

 

Alors, un jour le SNOF n’a plus été « représentatif de la profession » pour le ministère …

Et MO a continué de déranger ;

  • En osant le mot médecine, nom commun désignant « l’ensemble des connaissances scientifique et des moyens de tout ordre pour la mise en œuvre de la prévention, la guérison et le soulagement des maladies, blessures ou infirmités » pour qualifier l’Ostéopathie dans sa réalité d’approche thérapeutique.
  • En s’opposant au renvoie de l’ostéopathie pratiquée par les exclusifs en dehors du champ de la santé
  • En réclamant une structure ordinale dédiée à l’Ostéopathie.
  • En proposant une assurance responsabilité professionnelle sur l’ensemble des actes
  • En dénonçant l’absence d’ostéopathes exclusifs sur les listes d’experts judiciaires.

 

Aujourd’hui, Médecine Ostéopathique propose une cotisation volontairement basse pour fédérer les professionnels exclusivement Ostéopathes dans la défense de leur profession.

Parce que le combat d’une profession autonome à haut degrés de responsabilité (objectif défini dès les tous premiers statuts) n’est pas encore gagné tant que le titre n’est pas protégé, Médecine Ostéopathique a le devoir de déranger.

Le fonctionnement de Médecine Ostéopathique est assuré totalement bénévolement par des professionnels ostéopathes, sans permanent salarié.

Nous avons recours à des services ponctuels de secrétariat, de domiciliation comme le permet aujourd’hui l’informatique.

Les actions nécessitant un financement important se feront grâce au principe de financement participatif ou crowdfunding.

Catherine Le Ray

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *