Reconnaissance de l’Ostéopathie Animale : l’ordre des vétérinaires monte la garde !

La profession « d’Ostéopathe animalier » a été reconnue par deux textes récemment publiés.

Le premier définit l’acte d’ostéopathie animale par « les manipulations ayant pour seul but de prévenir ou de traiter des troubles fonctionnels du corps de l’animal, à l’exclusion des pathologies organiques qui nécessitent une intervention thérapeutique, médicale, chirurgicale, médicamenteuse ou par agents physiques ». Le second fixe les compétences que doivent détenir les personnes n’ayant pas la qualité de vétérinaire pour pratiquer ces actes d’ostéopathie. Elles doivent ainsi avoir réussi une épreuve d’aptitude accessible après 5 années d’études supérieures et attestant, notamment, de leur capacité à évaluer une situation clinique.

Sachant que les personnes justifiant de 3 années d’études supérieures et d’une pratique professionnelle d’au moins 5 ans en ostéopathie animale sont uniquement soumise à l’épreuve pratique (et non à l’épreuve d’accessibilité) si elles passent cette dernière au plus tard le 31 décembre 2019.

Décrets N° 2017-572 et N° 2017-573 du 19 avril 2017, JO du 21 avril 2017

4 thoughts on “Reconnaissance de l’Ostéopathie Animale : l’ordre des vétérinaires monte la garde !

  1. Il serait temps que l’ostéopathie animale soit enfin reconnue… La thérapie existe depuis le XIXème siècle, est reconnue par le Ministère de la Santé et soulage un nombre croissant d’individus. Peu d’ostéopathes choisissent de se spécialiser sur l’ostéopathie équine ou canine mais quand ils le font, ils ont souvent en plus des compétences ostéopathiques une passion et connaissance pointue des animaux. L’article suivant parle par exemple d’une osétopathe qui s’est spécialisée sur l’ostéopathie équine (http://oosteo.com/blog/2016/01/osteopathie-equine-et-canine/) et de sa formation complémentaire à l’AEOEC (académie européenne d’ostéopathie équine et canine)

    1. « Le diable se cache dans le détail ! »
      Bien sur il faut faire avancer l’ostéopathie SUR l’animal et pour être précis sur les mammifères.
      L’Ostéopathie est UNE et INDIVISIBLE elle est de la compétence des Ostéopathes.
      A chaque professionnel d’adapter après diagnostique ostéopathique, ses techniques à son patient, fut-il dans certains cas un animal !
      Attention, l’Ordre des vétérinaires semble considérer l’ostéopathie animale comme étant une technique de la compétence des vétérinaires, au mépris du diagnostic spécifique ostéopathique.
      A ce jour il n’existe qu’un titre d’Ostéopathe, il est définit par le ministère de la santé et il ne peut être utilisé que par les professionnels ayant un diplôme d’une école agréée par ce ministère.
      La spécialité sur l’animal est à réglementer avec les vétérinaires dans le respect du titre d’Ostéopathe.

    1. Merci pour cet échange, c’est l’occasion de rappeler que l’ostéopathie est une approche globale spécifique et non une spécialité.
      Une bonne pratique de l’ostéopathie nécessite un diagnostic spécifique en sus d’un diagnostic d’exclusion.
      Sans approche globale une manipulation est un acte de thérapie manuelle.
      En conclusion, la législation sur l’ostéopathie animale doit respecter la double spécificité et le principe de réciprocité.
      L’avenir devra croiser et partager les connaissances dans le respect mutuel .
      Ostéopathiquement vôtre.
      Le bureau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *